paysage du beaujolais

Beaujolais : présentation de cette région riche en patrimoine, culture et vins

Le Beaujolais est un vignoble qui mérite le détour et cela à plus d’un titre. Ses vins bien évidemment mais aussi son patrimoine architectural ainsi que sa géographie sont à mettre à son crédit.

Géographie du Beaujolais

Officiellement, sur un plan administratif, le Beaujolais fait partie intégrante de la Grande Bourgogne. Il en est sa pointe sud. Ainsi, du nord au sud, des faubourgs de Macon jusqu’aux portes de Lyon, le Beaujolais s’étend sur 55km. Dans sa largeur, le Beaujolais s’étend sur une quinzaine de 15. A l’ouest, le Beaujolais vert, avec son point culminant qui est le Mont Saint-Rigaud (1009m). A l’est, la Saône sert de frontière. Entre les deux le vignoble s’étend sur environ 14500 ha. Les colonisent deux départements ; le Rhône en très grande majorité. Une partie des vignes plantent leurs racines dans les terres de Saône et Loire.

Quels sont les cépages du Beaujolais ?

Les vignes de Gamay et de Chardonnay (qui se trouve là en petit volume) s’étalent sur des coteaux plus ou moins abruptes. Par endroit, il n’est pas rare que les pentes avoisinent les 30% pour aller jusqu’à 50%.

verre de beaujolais nouveau

Le Chardonnay n’est pas présent sur tout le vignoble. Sa répartition est assez inégalitaire. On le retrouve en grande majorité sur la partie sud du vignoble ; au sud de Villefranche sur Saône qui est la « capitale » du Beaujolais. Historiquement, à son début, la commune forte du Beaujolais était Beaujeu. On retrouve également du Chardonnay tout au nord du vignoble, dans la Saône et Loire, au pied du Mâconnais.

La réputation mondiale du Beaujolais nouveau.

La réputation des vins du beaujolais s’est établit sur les vins primeurs. 1951 est la date de lancement des primeurs. Mais il faudra attendre les années 1970, 1980 pour qu’un certain Georges Duboeuf (négociant et géni du marketing) donne ses lettres de noblesse à ce style de vin. Depuis cette date, le mois de novembre rime avec beaujolais. Les consommateurs du monde entier attendent de pouvoir faire la fête autour de ce vin frais, léger, fruité, vif, synonyme de partage. Un vin de copains comme on aime à dire. Le beaujolais nouveau existe en rouge et en rosé. Mais il n’y a pas de beaujolais nouveau blanc.

Envie d’en savoir plus sur le Beaujolais ? Alors direction le site Beaujolais&Co.fr qui est l’expert du Beaujolais : vins, patrimoines et œnotourisme !

La Macération Semi-Carbonique

Ce style de vin primeur, que l’on appelle aussi nouveau est rendu possible grâce à une méthode de vinification bien particulière. Il s’agit de la macération carbonique ou semi-carbonique. On parle parfois aussi de vinification beaujolaise. Nous ne rentrerons pas ici dans les différences techniques entre la macération carbonique ou semi-carbonique. Retenons simplement deux ou trois idées essentielles. La macération semi-carbonique est d’avantage utilisée dans le beaujolais que la macération carbonique. Elle est d’une certaine façon plus simple dans sa mise en place et moins contraignante pour le vigneron. Elle s’articule sur une macération du raisin dans son jus sur une très courte période (4 ou 5 jours). Enfin la volonté est de faire un vin peu alcoolisé, léger, juteux, faisant ressortir des arômes de fruits frais.

Les 10 crus du Beaujolais

Brouilly, Côte de Brouilly, Régnié, Morgon, Chiroubles, Fleurie, Moulin à Vent, Chénas, Juliénas, Saint-Amour. Ainsi s’annonce du sud au nord les dix crus du beaujolais. Ces dix crus se situent dans la partie nord du vignoble.

Dans une hiérarchie des crus, le beaujolais nouveau serait la base de l’échelle. A la pointe de la pyramide, nous trouverions les 10 crus du Beaujolais. Ils ont chacun leur personnalité, leur style. Mais tous proposent des vins plus structurés, plus denses, plus fins et plus complexes. Bien souvent ils offrent un potentiel de garde intéressant. Cela peut aller de 5 ans à plus d’une dizaine d’années pour les meilleurs. Le rapport prix / plaisir des crus du Beaujolais est à couper le souffle.

Granite le sol favori du Gamay

Même si les variétés géologiques des sols du Beaujolais est très importante, retenons que le sol majoritaire est de type granitique. Parfois, ce granite est accompagné de sable. Quoi qu’il en soit, le gamay qui est l’unique cépage dans les crus du Beaujolais, aime des sols pauvres qui l’oblige à plonger ses racines en profondeur. Retenons que les crus du beaujolais n’existent qu’en rouge. Il n’y a pas de production de vin blanc ou rosé, ni même de primeur. Parfois ils peuvent être élaborés avec un processus de macération semi-carbonique mais bien souvent celui-ci est adapté par le vigneron. Ce dernier recherche d’avantage de finesse et de structure dans les vins. Par conséquent, le temps de macération du raisin dans le jus sera plus long (autour d’une quinzaine de jours). Bien évidemment c’est le pragmatisme qui guide le vigneron. Chaque millésime étant différent il convient de s’adapter.

Les deux appellations régionales du Beaujolais

Entre le beaujolais nouveau à la base de la hiérarchie et les crus au sommet, le vignoble du Beaujolais offre deux appellations régionales. Toutes deux proposent des vins légers, à boire plutôt dans les 2 à 5 ans.

AOP Beaujolais

C’est en 1937 qu’est officiellement reconnue cette appellation. Elle propose des vins secs dans les trois couleurs (rouge, blanc et rosé). Bien évidemment, les cépages concernés sont le Gamay et le Chardonnay. Les vignes de Chardonnay poussent sur un sol qui est d’avantage à tendance argilo calcaire dans cette partie du vignoble. Les vins blancs et rosés sont en petit nombre (environ 7% de la production). Les vins de l’appellation beaujolais sont faciles d’accès. On aime les déguster lors des occasions du quotidien. Leur légèreté et leur fraicheur fruitée est caractéristique et s’appréciera dans les deux à trois ans qui suivent leur mise en bouteille. L’appellation produit des vins primeurs.

L’appellation beaujolais s’étend sur une étroite bande le long de la Saône ainsi que dans la partie sud du vignoble (au sud de Villefranche jusqu’aux portes de Lyon).  

AOP Beaujolais-villages

La reconnaissance officielle de l’appellation est plus tardive. Il faudra attendre 1950. Mais il ne faut absolument pas négliger cette partie du vignoble qui entoure les dix crus du Beaujolais sur leur partie ouest. 38 villages rentrent dans l’aire de l’appellation. En effet c’est là environ 25% de la production totale du Beaujolais qui est représentée. Les trois couleurs sont à l’œuvre au sortir de nos deux cépage stars : Gamay et Chardonnay. Les vins primeurs peuvent également être produit en appellation beaujolais-villages. Les vignes poussent à flanc de côteaux qui peuvent être particulièrement escarpés. Les sols sont à dominante granitique, schisteux et sableux.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *